Julie de Lespinasse, la femme dans l'ombre de sa tante…

Julie de Lespinasse né en 1732, est une salonnière et épistolière française. Fille illégitime du frère de Madame du Deffand, une salonnière de l’époque et de son amante la comtesse d’Albon. Son père épouse la fille légitime de la comtesse d’Albon, Julie est donc élevée par sa mère qui meurt lorsqu’elle a 18 ans. Elle est confiée à son père et à sa demi-soeur ( qui est donc sa belle-mère ) pendant quatre ans.

Madame du Deffand sa tante, ayant pris connaissance avec sa nièce par correspondance, descend jusqu’au château de Chamron, où sa nièce désespère et s’ennuie mortellement, pensant presque à se retirer dans un couvent. Elle la ramène donc à Paris pour qu’elle profite d’une vie plus active et moins déprimante.

Madame du Deffand

Dans le salon de sa tante….

Elle arrive donc à Paris et découvre un monde de salonnière qui la surprend et qu’elle n’imaginait pas si vaste. Julie va faire beaucoup de connaissance : elle va par exemple découvrir d’Alembert avec qui elle se lie d’amitié, et les deux érudits vont se trouver des points communs qui vont les rapprocher. Ils sont tout les deux des enfants illégitimes abandonnés et ont réussi à s’élever dans la société pour atteindre ces salons et ce monde littéraire, artistique et scientifique.

Les hôtes de Madame du Deffand apprécient de plus en plus la compagnie de la franche et vraie Julie de Lespinasse. On ne la décrit pas comme belle, mais elle a cette lueur au fond de son regard qui émerveille toute personne qui la côtoie. A se mort, Voltaire dira même : « Je n’ai jamais vu Mlle de Lespinasse, mais tout ce qu’on m’en a dit me la fait bien aimer. ». Elle a le rôle de lectrice dans le salon de sa tante et les invités sont charmés par sa douce voix et l’honnêteté qu’elle dégage.

Malheureusement, lorsque Julie fait part de ses projets de lancer son propre salon à sa tante, celle-ci se dispute violemment avec elle, et, jalouse, ne lui adressera plus jamais la parole jusqu’à la fin de sa vie, et elle sera même réjouie par la mort de sa protégée quelques années plus tard.

« cet arrangement de vie commune se fit en 1754 et dura jusqu’en 1764 : 10 ans de ménage et de concorde, c’était bien long, plus long qu’on aurait pu l’espérer entre deux esprits aussi égaux en qualité et associés à des éléments aussi impétueux. Mais, vers la fin, Mme du Deffand, qui se levait tard et n’était jamais debout avant six heures du soir, s’aperçut que sa jeune compagne recevait en son particulier chez elle, une bonne heure auparavant, la plupart de ses habitués, et qu’elle prenait ainsi pour elle seule la primeur des conversations »

Saint-Beuve

Le salon de Julie de Lespinasse

Julie ouvre donc son salon en 1764, 1 ans après s’être fait renvoyée par sa tante, à l’angle de la rue Bellechasse et de la rue Saint-Dominique. Elle y reçoit les époux Condorcet, Turgot, Condillac, si bien qu’on appelle son salon  » laboratoire des encyclopédies », mais les invités lassés du salon de Madame de Deffand se rendent aussi dans son salon où simplicité est le mot d’ordre. Elle sert des repas très simples car elle n’a pas une grande fortune, mais cela satisfait tout de même ses intellectuels invités qu’elle garde jusqu’à la fin de sa vie.

La décadence

Elle s’éprit rapidement du prince de Mora, fils de l’ambassadeur d’Espagne, mais elle ne peut pas l’épouser car leurs familles n’étaient pas d’accord et le prince meurt après lui avoir rendu visite, ce qui l’attriste et la pousse dans une dépression dont elle ne sortira pas. Son autre amant, lui, se marie avec une autre femme qu’elle. S’en est trop pour Mme de Lespinasse, elle a des envies suicidaires et meurt de dépression en 1776, laissant les habitués de son salon à sa tante et à d’autres salon parisien.

« Il n’y a qu’une chose qui résiste, c’est la passion et c’est celle de l’amour, car toutes les autres resteraient sans répliques. (…) Il n’y a que l’amour-passion et la bienfaisance qui me paraissent valoir la peine de vivre. »

Julie de Lespinasse

Sources

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s