Astrid Stérin – Interview d’une autrice

Astrid Sérin est une autrice et blogueuse ( blog : https://lastreetlaplume.wordpress.com/ ) parisienne qui écrit à ses heures perdues. Elle a publié récemment son livre  » Le page de l’Aurore » aux éditions Sylphe Rouge. Voici son interview :

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Astrid Stérin, j’ai presque 30 ans et je vis à Paris depuis toujours. J’ai toujours aimé lire, et je suis tombée dans deux marmites dont je ne suis jamais ressortie : la littérature de l’imaginaire et l’Histoire de France. J’ai aussi toujours eu envie de raconter des histoires, et c’est en découvrant le concept des fanfictions à l’âge de 15 ans que je me suis vraiment lancée (principalement sur Harry Potter et le Seigneur des Anneaux). L’envie de créer mes propres univers est ensuite venue rapidement, même si elle s’est concrétisée de façon plus boiteuse : après en avoir achevé le premier jet en 2009 et l’avoir laissé longtemps patienter, j’ai publie mon premier roman en mai 2019.

En écriture, tu es plus architecte, jardinier ou un mélange des deux ?

J’étais très jardinière et je deviens de plus en plus architecte. Je pense que c’est parce que je n’écris plus exclusivement pour le plaisir, mais avec davantage envie d’être lue et de captiver les lecteurs. Or, comme je ne suis pas une très bonne jardinière et que mes histoires ont tendance à s’éparpiller, mieux vaut que je me discipline avec un plan.

Les livres que tu lis sont-ils une source d’inspiration dans la façon d’écrire ton roman ?

Oui, beaucoup ! L’inspiration principale pour mon roman « Le Page de l’Aurore » est venue de la saga historique « Fortune de France », de Robert Merle, qui se situe pendant les Guerres de religion au XVIème siècle. J’adore cette période de la Renaissance, et je trouve qu’elle fait un décor fabuleux.Pour le reste, j’essaie de tirer des enseignements de mes lectures pour identifier ce qui me plaît (dans la structure, la construction des personnages, le thème, le style…) et ce que j’apprécie moins. Je devrais sans doute le faire davantage, d’ailleurs.

Quels sont tes genres de prédilection en écriture et en lecture ? Se ressemblent-ils ?

En lecture, j’aime beaucoup la fantasy et les romans historiques, ainsi que les biographies. J’essaie aussi de diversifier en lisant des romans contemporains ou des classiques de la littérature, pour varier les sources d’influences.
En écriture, j’ai une préférence pour la fantasy. J’aime avoir la liberté de construire un univers de toutes pièces, d’en décider les lois, de mélanger mes inspirations sans risquer les anachronismes. J’aime aussi beaucoup l’esthétique du genre steampunk – même si j’avoue avoir été un peu déçue par la plupart des romans que j’ai lus dans ce style. Cependant, j’aimerais beaucoup aussi me risquer au genre du roman historique, ce qui impliquerait un très gros travail de recherches et de rigueur.

Ecris-tu non-stop le week-end ou quand tu en as le temps pendant quelques minutes ?  

En semaine, j’essaie d’écrire tous les matins avant d’aller travailler. Le reste du temps (soir et week-end), cela dépend beaucoup des occasions : soit j’arrive à me garder une plage de libre et j’écris pendant des heures (mais c’est rare), soit je grappille une heure par-ci, par-là. Mais je préfère écrire non-stop quand j’en ai l’occasion, je suis beaucoup plus efficace comme ça.

Si tu devais te réincarner en écrivaine du 19ème siècle, tu serais qui ?

J’aimerais beaucoup être Jane Austen ! J’adore son style plein d’ironie et d’un humour qui reste moderne au bout de deux siècles. Et j’adore bien sûr ses histoires, ces héroïnes si attachantes et inspirantes à la fois. Ceci étant dit, j’avoue que je connais peu d’autres autrices de cette époque, et c’est une lacune à laquelle j’aimerais bien remédier.

As-tu un.e auteur.trice préféré.e ?

J.K. Rowling, Robin Hobb, G.R.R. Martin et Jane Austen sont mon quatuor de tête. Je suis incapable de choisir.

J’ai vu que tu as publié ton roman  » Le page de L’Aurore » aux éditions Sylphe rouge, pourquoi cette maison d’édition ?

J’ai eu beaucoup de chance car c’est un peu la maison d’édition qui est venue à moi ! Il y a deux ans, une amie d’amie m’a parlé de quelqu’un qui souhaitait monter sa maison d’édition et cherchait des manuscrits. Je lui ai envoyé mon fameux premier jet, qu’elle a accepté de publier – à condition de fournir un certain travail de réécriture. J’avais auparavant tenté de présenter mon manuscrit à des grandes maisons d’édition traditionnelles (Gallimard, Bragelonne, etc.) mais j’avais rencontré des refus (j’en parle d’ailleurs sur mon blog, dans un article intitulé « Publier mon roman : le premier essai (raté)« ). Pour être honnête, le texte n’était vraiment pas mûr à l’époque et j’avais besoin d’un sérieux accompagnement pour l’améliorer. Sylphe Rouge m’a beaucoup aidée là-dessus et a surtout fait confiance au potentiel de mon texte brut, c’est leur grande force.

D’autres textes en vue ?

Bien sûr ! Je mets tellement de temps à les écrire que c’est préférable…En ce moment, je travaille à la réécriture d’un roman steampunk dont j’avais écrit le premier jet en 2016. J’avais interrompu mon travail dessus le temps de corriger « Le Page de l’Aurore », et je pense que ces quelques années de repos et de maturation lui ont fait le plus grand bien.

Pour la fin, peux-tu nous parler un peu de ton roman ?

Avec plaisir 🙂 « Le Page de l’Aurore », c’est l’histoire d’un jeune garçon nommé Cœur qui entre au service de son souverain, dans un royaume où tout n’est que dorures, légendes magiques et émerveillement. Mais ce Royaume d’Or a un redoutable ennemi, Torraure, gouverné par la mystérieuse Sorcière de Fer. Pris dans le conflit qui oppose ces deux pays, Cœur va devoir assumer un rôle qui le dépasse et remettre en question ses croyances et ses principes.

Merci à Astrid Stérin d’avoir répondu à la première interview du blog, on se retrouve prochainement dans un article-enquête. Mais juste avant de se quitter, je vous laisse le lien du blog de Astrid Stérin, il regorge de pleins de conseils d’écriture sympas et de la page où vous pouvez vous procurer son roman.

L’astre et la plume

Le Page de l’Aurore

Maya

3 commentaires sur “Astrid Stérin – Interview d’une autrice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s